poin-poin
Bannière

 
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Home Dressez vos esgourdes Rock & Pop ELVIS COSTELLO - Secret, Profane and Sugarcane - 2009

ELVIS COSTELLO - Secret, Profane and Sugarcane - 2009

E-mail Imprimer PDF

Elvis Costello- Secret, Profane & SugarcaneMa relation avec Elvis Costello s'est arrêtée il y a six ans, dans un froid réciproque au moment de "North", album plutôt de crooner qui, loin de m'avoir ennuyé, avait par contre scellé ce cheminement très déroutant de la part de l'artiste, eu égard à quelques antécédents magnifiques qui avaient jalonné notre parcours commun et symbolisé les albums "King of America"-"Mighty Like a Rose" "Goobye Cruel World" ou, bien sûr, " Imperial Bedroom".

J'avais, comme on dit, lâché l'affaire. Même si en 2004 l'album "The Delivery Man" & ses Imposters fleurait bons les ballades simples zé sucrées, où le blues n'est pas loin.
C'est finalement ce côté "Club/Cabaret Band" qui ne rentrait plus dans mes centres d'intérêts, rendant le compositeur plutôt interprète que compositeur, justement, et l'album de collaboration avec Allen Toussaint "River in Reverse Covers"  de 2006 n'a fait qu'amplifier notre désaccord.

Bon la rupture était consommée. Pour moi (et peut-être que pour moi d'ailleurs), Costello & T Bone Burnett, producteur et musicien de cet opus, m'avaient ébloui comme binôme des très talentueuses compositions de "King Of Arica" ainsi que de l'album de reprises "Almost Blue" mais, depuis, la magie s'en était allée. Que s'était-il donc passé  pour que la grâce eut investi à ce point le fantasque bonhomme, qui avait commencé sa carrière, rappelons le ici, comme précurseur de la scène Pub Rock chez Stiff Records en 77, pile poil en plein dans la météorite Punk ? Celle-ci en a fait un Ovni fou perdu dans l'espace temps de l'époque, parce que Mossieur avait des prétentions d'auteur/compositeur fort en décalage avec le "happening spontanéité" de l'époque.

Le principal changement, hormis celui très ponctuel de patronyme (Elvis Costello se souvenait être né Declan Patrick Aloysius MacManus), fut son engouement pour la ballade acoustique diablement bien ficelée et arrangée. Et bien nous y voilà, "Secret, Profane & Sugercane" répond à nouveau à ce critère avec un plus non négligeable ,qui est que, en comité restreint (et c'est que du bonheur), l'homme s'aventure dans des contrées Blues, Bayou-Cajun et Acoustic Trad.

Elvis Costello J50Donc le voilà aux mains de sa Gibson J50 flanqué de Jerry Douglas (Dobro), Stuart Duncan (Fiddle & Banjo), Mike Compton (Mandolin), Dennis Crouch (Bass) and Jeff Taylor (Accordion) Jim Lauderdale,T Bone Burnett (Guitar), le gratin des meilleurs musiciens de folk traditional country et Bluegrass.

La plupart des titres ont été écrits lors de tournée aux US dont certains à destination d'autres artistes comme “Down Among The Wines Spirits” pour et avec Loretta Lynn et “Complicated Shadows” (déjà present dans un album de 1996 "All This Useless Beauty") pour Johnny Cash. D'autres,"How Deep Is the Red ?", "She Was No Good", "She Handed Me a Mirror" et "Red Cotton", à l'occasion d'une collaboration avec l'Orchestre Royal du Danemark pour un opéra retraçant la vie de Hans Christian Andersen, projet qui restera dans des cartons, connu sous le nom de "The Secret Songs".

Beaucoup de très belles ambiances et une voix usée mais domptée dans notamment "My All Time Doll"où on y côtoie un Tom Waits proche de "In The Neighbourhood" ou un Ray Davies dans "Red Cotton". L'album en entier est illuminé par les phrasés étincelants  de Jerry Douglas au dobro et de Stuart Dunczn ou fiddle, plus particulièrement sur "Complicated Shadows" ,"Sulphur to Sugarcane" et "The Crokkes Line".
L'écriture de Costello conduisait inévitablement à penser qu'il s'agit d'un album de reprises tellement la patte surannée du violon et de la mandoline nous rappelle les piliers de Nashville. Son style très dépouillé est un hommage à Johnny Cash dont Costello était un très grand admirateur jusqu'à lui écrire une chanson "hidden shame" justement (présente sur l'album Boom chicken boom de JC), quant à sa voix de D.P.A.MacManus, elle est à la hauteur de sa J50. Il y en a très peu en ce monde.Profane Secret and Sugarcane

Costello Dreamland World

Costello Dreamland House

Costello Dreamland Work

and Work

 

Mis à jour ( Dimanche, 26 Juillet 2009 08:48 )  

Poin Flash

LA ZICMUCHE, le "blog lamentable", les girafons... Rejoignez LE FORUM POIN-POIN.

 

MIXTAPES téléchargez (c'est gratuit) the fabulous Mixtape Poin-Poin 1 - Mixtape Poin-Poin 2 - Battle Cidrolin/Rhume - Battle Rhume/Dahu - Battle Rhume Duclock - Battle Waka/Rhume

 

POLAR D'HIVER : le 27e numéro de L'Indic, le "noir magazine", est arrivé. Avec Tom Cooper, Alain Damasio, les Utopiales, les chros, et des tonnes de façon de se faire dessouder dans la neige. Sommaire ici.