poin-poin
Bannière

 
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Home Littérature BOB O' NEILL- Variations scatologiques - Chapitres inédits - (2) Le dragon

BOB O' NEILL- Variations scatologiques - Chapitres inédits - (2) Le dragon

E-mail Imprimer PDF

asurasPour le Rig Vêda, recueil des écrits sacrés du védisme indien (1500 à 800 ans av. J. C.), " (…) les Anges (Dêvas) et les Titans (Asuras) sont de même nature. Les Anges sont représentés sous formes d’hommes et d’oiseaux, les Titans le sont sous celles de dragons et de serpents". (1). L’ange sera la blancheur, la pureté et la fluidité ; le titan, l’obscurité, la saleté et la massivité. Dans notre culture occidentale, le dragon est au Diable ce que l’ange est à Dieu. Il représente l’Antéchrist, le Suppôt de Satan.

La similitude entre l’intestin et le serpent est manifeste. L’estomac et les viscères en général sont les dragons et les serpents qui nous gouvernent. Mais, depuis la plus haute antiquité, les entrailles,"les tripes" sont le siège des émotions et du courage. L’amour, émotion suprême de l’existence, est transféré dans le cœur qui reste le centre des opérations intellectuelles de contrôle ; d’où les expressions "prendre à cœur", "apprendre par cœur". Pintestinar contre, "avoir mal au cœur" consiste à perdre le contrôle rationnel de sa digestion : vomir. Inverser le trajet émotionnel du serpent digestif.

L’idée d’un intestin ophidien provient sans doute de l’analogie de l’enroulement viscéral et des positions méandreuses, entrelacées et spirales du serpent. Comme le spermatozoïde, à l’origine, il est mâle. Sa morsure venimeuse provoque la grossesse. Mais la sensation de porter en son ventre une terre météorique, molle, visqueuse et tumultueuse, dont la puanteur dénote déjà la présence de tout un univers sous-terrain et caverneux, inquiète. Le féminoïde domine alors. C’est l’abri et le repaire d’éventuelles légions de parasites, d’arborescences glauques, de glaires, de mucus et d’infections morbides.

On ne peut pas ne pas se plonger dans un marécage imaginaire où grouillent vouivres, tritons et autres crocodiles, devant le regard perçant et protecteur du grand dragon. Le Dragon, ce monstre que nous rencontrons tout au long de notre histoire (…) nous apparaît comme une bête néfaste et destructrice que l’homme doit vaincre (…). Sa bouche crache des flammes ; son haleine est un poison redoutable qui tue les bêtes et les hommes à distance, nous précise Patrick Darcheville (2). C’est ce Léviathan mythique, que la magie de nos appétits titanesques consomme jusqu’à la fin des temps. Notre ventre et ses tuyaux d’échappement, est le foyer, le feu intérieur de notre combustion alimentaire productive vitale.

anusPar ailleurs, on peut lire dans "La Puissance du Serpent", recherche sur le yoga tantrique, d’Arthur Avalon (3). que le feu est associé à l’anus (...) qui est un agent plus subtil que la main…parce que ce qu’on mange est consumé par le feu de l’estomac ; après quoi le résidu est expulsé par l ‘anus, ce qui purifie le corps. L’anus, en tant que bouche de notre serpent intérieur, devient l’organe le plus noble et le plus propre de notre corps. Il assure une permanence qui nous relie aux exigences des relations cosmiques : il est la respiration finale du météorisme de nos corps physique, éthérique et astral.

Les techniques du Tantrisme ont pour objectif d’éveiller la Kundalinî, "le Feu du kundaliSerpent", puissance statique et dynamique qui sommeille dans notre ventre. Le Grand Serpent est lové dans le "chaudron de la base", derrière nos vertèbres sacrées, "à la base de la moelle épinière et existe en sept couches ou sept degrés de force". Le Yoga Tantrique, par une impulsion créatrice, va le faire se mouvoir, de façon ascensionnelle, le long de la colonne vertébral (tel les serpents du Caducée). L’énergie qui s’élève, traverse tous ces degrés de force, les Chakras. Ce "Feu" est la manifestation dans la matière éthérique, sur le plan physique, de l’une des grandes forces cosmiques, l’une des puissances du Logos, dont la vitalité et l’électricité sont des exemples (4). La Kundalinî vient fleurir, s’épanouir et irradier sa radio-activité astrale dans le Lotus aux mille pétales, le Sahasrara. C’est la réalisation, l’accomplissement de Sat-Chit-Ananda (Etre-Conscience-Béatitude), objectif de toute une vie.

Apparaît alors le grand dragon, dont nous parle D. H. Lawrence, sous son aspect de porteur de vie, de donneur et de producteur de vie, (…) le superbe dragon vert translucide, vert du jour nouveau (…). Il eskundalini2t lové dans notre conscience.… mais hélas le grand dragon vert des étoiles dans leur plus vif éclat est aujourd’hui ligoté dans ses plis et dans le silence d’un long sommeil d’hiver. Seul le dragon rouge montre encore la tête avec des millions de petites vipères qui nous mordent (…). Avec le temps, le dragon vert devient rouge. Avec le temps, avec la fin d’un temps, ce qui faisait notre joie et notre salut nous devient tourment et damnation (…). Puis le dragon rouge a dû céder la place au dragon blanc qui est maintenant un gros vers blanc, sale et grisâtre. Pourtant l’homme "adorait" le dragon. Dans le passé, un héros était un héros quand il avait vaincu le dragon hostile, quand il avait la puissance du dragon avec lui (…). Cela veut dire que l’homme peut avoir le serpent soit avec lui, soit contre lui. Quand son serpent est avec lui, il est presque divin. Quand son serpent est contre lui, il est piqué, infecté et défait de l’intérieur par ces milliers de petites vipères qui le persécutent. (5).

Le dragon est le Gardien du Seuil ; il est là pour nous rappeler constamment que notreourobouros corps n’est autre chose qu’une légion de cellules vivantes qui, selon une transformation de millions d’années, tourne autour d’un noyau caché (…) (6). Il est représenté par le serpent ourobouros qui entoure le monde ; c’est en lui que se crée toute matière : "C’est la force forte de toute force" (7). La dragon reste, comme l’ange gardien, une énergie de vigilance de notre intériorité. Grand Maître de toute initiation, sa force digestive erpétologique garantit de ses attraits contre la violence et gère tous les avenirs du monde.

(1) Ananda K. Coomaraswamy. « La Doctrine du Sacrifice », Dervy Livres 1978. p. 24. (2) Du Dragon à la Licorne, Guy Trédaniel édit. 1994, p. 89. (3) Sir John Woodroff, Dervy-Livres,1974. p.126. (4) Arthur Avalon, op. cité. p. 17 (5) D. H. Lawrence, "Apocalypse", Balland,1978, p. 163. (6) "Le Visage vert", Gustav Meyrink, La Colombe 1984. p. 134. (7) "La Table d’Emeraude d’Hermès Trimégiste", op. cité, p. 15, 32.

Mise en forme du texte et illustrations choisies par dkelvin.

On peut acheter les Variations scatologiques / Pour une poétique des entrailles de Bob O'Neill (sans les chapitres mis en ligne sur poin-poin) à la Musardine http://www.lamusardine.com

Mis à jour ( Mercredi, 06 Août 2008 15:50 )  

Poin Flash

LA ZICMUCHE, le "blog lamentable", les girafons... Rejoignez LE FORUM POIN-POIN.

 

MIXTAPES téléchargez (c'est gratuit) the fabulous Mixtape Poin-Poin 1 - Mixtape Poin-Poin 2 - Battle Cidrolin/Rhume - Battle Rhume/Dahu - Battle Rhume Duclock - Battle Waka/Rhume

 

POLAR D'HIVER : le 27e numéro de L'Indic, le "noir magazine", est arrivé. Avec Tom Cooper, Alain Damasio, les Utopiales, les chros, et des tonnes de façon de se faire dessouder dans la neige. Sommaire ici.