poin-poin
Bannière

 
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Home Info Poin Poin Salon du livre libertaire, 17 et 18 juin 2006

Salon du livre libertaire, 17 et 18 juin 2006

E-mail Imprimer PDF
Le salon du livre libertaire se tenait donc ce week end dans le cadre bien incongru de l'espace Condorcet de la Cité des Sciences de la Villette, gros étron architectural si typique de la vision écrasante qu'a ce monde de la culture et de la science. Par chance, l'ambiance ne souffrit pas trop de cet environnement froid, les libertaires, anarchistes, syndicalistes et autres prolétariens n'étant pas gens de mauvaise compagnie. La moyenne d'âge des exposants (on les appelle comme ça) ne donne pas une idée bien réjouissante de l'avenir de cette mouvance idéologique et d'ailleurs l'impression générale est qu'on solde les utopies.
Ayant accepté cette signature pour tenter de sortir mon vaillant éditeur des cartons d'invendus de mes Tartuf(f)es, je dois tout de suite dire que je déclenchai un désintérêt à la hauteur du blog lamentable de notre forum (dont je suis, et c'est bien normal, à l'origine, étant le mieux placé du fait de mon grand âge et de ma longue expérience dans le domaine). Par chance, j'étais entouré de gens adorables, passionnants, joyeux et très drôles, ce qui est grosso merdo ce qu'on peut espérer de mieux dans ce genre d'exercices humiliants (car il est humiliant d'être là, derrière son petit livre insignifiant à attendre qu'un chaland lui, et par la même occasion vous, témoigne de l'intérêt, comme une pute sur les boulevards extérieurs (où elles ne sont d'ailleurs plus il me semble mais je ne suis pas allé vérifier). Présentation de ces joyeux et talentueux drilles.
 
Pascal Tourain dit l'Homme tatoué, qui signait le livre du même nom (Editions du pascalYunnan) et qui a exposé son corps magnifiquement revêtu de tatouages somptueux dont le principal (abdomen de lutteur de foire) représente une scène Sadienne exquisement fidèle. Quand on sait que l'humour de l'homme, son sens de la répartie, sa gouaille et son talent de Monsieur Loyal en font rapidement le centre d'intérêt de partout où il passe, on imagine bien que je cessai immédiatement d'exister, bien que tentant, en exhibant moi aussi mon torse dépourvu de tout tatouage (et de poils), une concurence qu'il tranforma immédiatement en un puissant "VENEZ VOIR MESDAMES ET MESSIEURS L'HOMME SANS TATOUAGE" qui ne permit pas de faire croître mon attrait auprès des visiteurs. Venir rien voir n'est pas encore un concept porteur. Bilan, quand il en vendait 10, j'en vendais 1. Normal, moi-même je ne serais pas venu me voir si je m'étais vu derrière cette table, à part peut être pour venir me dire que je me ressemblais quand même beaucoup.
 
A ma gauche, il y avait Bob O'Neill, pseudo bien sûr (et bien non, voir commentaire) pour un livre publié à La Musardine et intitulé "Variations scatologiques", traité érudit, léger mais sans euphémisme sur scatol'histoire de la merde dans la société humaine. La présence à mes côtés de cet homme charmant et passionnant (très âgé et au coeur très fatigué), fut un enchantement et j'avoue avoir passé plus de temps à lui poser des questions qu'à m'occuper d'éventuels acheteurs. Apprenant que son livre avait été amputé, sur demande de l'éditeur, de 4 paragraphes considérés comme trop blasphématoires, je lui proposai aussitôt de les mettre en ligne sur poin-poin, ce qu'il accepta. J'attends avec impatience son envoi. Il donna lecture savoureuse de quelques extraits devant un auditoire médusé. Aujourd'hui, c'était sur les fesses et l'anus (appellations diverses, situation particulière des fesses par rapport à l'anatomie humaine), hier, sur la sodomie. Il me raconta le silence de mort qui régnait la veille pendant cette lecture, concluant par un amusé "les libertaires ne sont visiblement pas encore à l'aise avec ça". Non, pas grand monde, pas grand monde, le cul-coincé se porte haut ces temps-ci. Malgré son érudition quasi-exhaustive sur le sujet (il connait même Viva la merda de Costes, et d'ailleurs un groupe de techno dont il ne se souvient plus du mom, veux mettre en musique son livre), je lui fis connaître Bloy dont il ignorait qu'on l'appelait "le scatologue". Il me promit de lire L'exégèse des lieux communs ou la Femme Pauvre.
 
mirbeau
La chance voulut que nos tables jouxtent celles de la Société Octave Mirbeau, dirigée par Pierre Michel, qui m'éclaira sur quelques zones d'ombres du grand Octave, qui me rendait le personnage pas tout à fait sympathique. Désormais, je vais m'adonner à la découverte complète de l'auteur de "L"épidémie", "La grève des électeurs", "Les affaires sont les affaires", "Le journal d'une femme de chambre" ou du "Jardin des délices".
Autre rencontre, encore plus forte, Serge Livrozet, dont le métier n'est pas acteur mais militant infatigable de la cause des prisonniers, qu'il a été, maislivrozet qui m'a absolument bouleversé dans le sublime "Emploi du Temps" de Laurent Cantet, film dans lequel il joue le rôle du contrebandier tout d'abord inquiétant mais qui va sortir le héros (superbe Aurélien Recoing) de son mensonge cul-de-sac. Je ne vais jamais importuner les gens d'habitude mais je dois dire qu'une pulsion irrépressible m'a projeté à sa table où il dédicaçait la réédition à l'Esprit Frappeur de son livre De la prison à la révolte paru en 1973. Je lui infligeai quelques questions sur le film, déroulai un tapis de compliments et filai rapidement avant de devenir lourd. Parfaitement identique dans la vie à celui qu'il était dans le rôle, je repartai avec l'impression d'avoir croisé un géant.
 
Pour finir, surprise de rencontrer un jeune exposant, dont le T. Shirt Unsane m'interpela et qui se révéla un fan absolu de l'écurie Amphetamine Reptile (il fit même tourner par chez nous quelques groupes tels Janitor Joe et Hammerhead) et parler de God Bullies, Today Is The Day, Cows et Unsane pendant une dizaine de minutes est une douceur qui ne se refuse pas. Doté de l'adresse de poin-poin, j'espère qu'il viendra nous rejoindre.
Voilà, une gentille après midi donc, malgré le cadre, le prix des boissons et de la nourriture, honteusement prohibitifs, et puis ce côté niche combattante finalement pas bien gènante pour le pouvoir qui rend un peu dérisoire cette mouvance.
Quelques achats pour finir, à prix là tout ce qu'il y a de plus abordable : Gilles Chatelet "Vivre et penser comme des porcs (de l'incitation à l'envie et à l'ennui dans les démocraties-marché)", "Bas les voiles" de Chahdortt Djavann et un petit traité sur Octave Mirbeau publié par la société Octave Mirbeau.
dkelvinement votre
PS. Je profite de ce compte-rendu pour dire à Stéphanie Heuzé d'Hors-Circuits comme je trouve que c'est une femme sensationnelle et à Patrice Herr Sang mon éditeur comme c'est agréable de pouvoir dkonner cul sur le ton le plus badin avec lui.
 

Merci pour ce super compte rendu du Salon du livre libertaire et ta mention des 'Variations Scatologiques pour une poétique des entrailles', La Musardine, édit. Avec mes expériences et mes rencontres toutes aussi merveilleuses les unes que les autres sur le terrain, je m'aperçois que dans le fond je suis un vrai libertaire de base, depuis ma plus petite enfance. Effectivement,avec mon bouquin, je crois que je peux dire que 'mon style,c'est mon cul'. Après tous ces bons mots, je rappelle à qui veut l'entendre que mon plus vif désir est d'être en rupture de stock dans les plus brefs délais. Pour ce faire, j'affirme donc ici en toute bonne foi anarchisante et sans vouloir ni convaincre ni manipuler quiconque, que mon livre est l'essai le plus génial paru en 2005 et que tout honnête citoyen libertaire du vingt et unième siècle se doit de lui réserver une place de choix dans sa bibliothèque. Mieux ces 'Variations' sont rêvées pour devenir le livre de chevet de tous ceux qui sont un peu dans le coup des collimateurs en tous genres, ontologiques, linguistiques, théologiques ethologiques, politiques, psychologiques et j'en passe et des meilleurs !
Il me reste à vous saluer tous très bas.
Bien à vous.
Bob O'Neill.


(Je tiens à souligner que Bob O'Neill, ça fait très 'in', mais c'est mon vrai nom et non pas un pseudo. Vous vous en rendrez compte bientôt car je suis en train d'écrire mes mémoires avec pour titre 'Variations généalogiques pour une poétique des génitoires', tout un programme. Il faut croire que les variations m'attirent mais puisque tout bouge...!


 

Mis à jour ( Dimanche, 25 Juin 2006 15:51 )  

Poin Flash

LA ZICMUCHE, le "blog lamentable", les girafons... Rejoignez LE FORUM POIN-POIN.

 

MIXTAPES téléchargez (c'est gratuit) the fabulous Mixtape Poin-Poin 1 - Mixtape Poin-Poin 2 - Battle Cidrolin/Rhume - Battle Rhume/Dahu - Battle Rhume Duclock - Battle Waka/Rhume

 

POLAR D'HIVER : le 27e numéro de L'Indic, le "noir magazine", est arrivé. Avec Tom Cooper, Alain Damasio, les Utopiales, les chros, et des tonnes de façon de se faire dessouder dans la neige. Sommaire ici.