poin-poin
Bannière

 
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Home Littérature STIG DAGERMAN - Notre besoin de consolation est impossible à rassasier

STIG DAGERMAN - Notre besoin de consolation est impossible à rassasier

E-mail Imprimer PDF

DagermanSi l'on me demandait de choisir, au sein de la littérature, toutes époques confondues, le texte avec lequel j''entretiens la relation la plus intense, je crois que je choisirais sans trop hésiter celui écrit par Stig Dagerman en 1952 et intitulé Notre besoin de consolation est impossible à rassasier.

Ce soir, le relisant (pour la "combientième" ? Impossible de le dire) je sentis qu'il fallait absolument que je consacre ma soirée à le recopier intégralement pour le mettre à disposition de tous, sans obligation pour le curieux qui m'accorde quelque crédit, de débiter son compte en banque auprès d'un de ses engraissés de culture. Mais la toile internet est plus bienveillante pour les mouches butinantes que nous sommes, que celle de l'araignée pour les diptères. En effet, divine surprise, le texte est dans son intégralité sur le site de Stéphane Chabrières ici, que je découvre et qui me stupéfie tant ses goûts (à quelques exceptions près) recouvrent les miens, aussi bien sur le plan cinématographique (Godard, Lang, Browning), pictural (l'Expressionnisme, Le Caravage, Goya, Spilliaert, Munch, Rembrandt, avec un lien pour l'exposition Mélancolie de Jean Clair) ou littéraire avec de nombreux textes complets ou des chapitres (Dostoievski, Nietzsche, Leopardi, il y a même Le cœur est un chasseur solitaire de Carlson McCullers si cher je crois à americana). Je sens que je vais consacrer quelques heures à l'explorer. Je vous conseille de faire de même.

Pour en revenir à Notre besoin de consolation, il n'est pas très long (à peine 9 pages de livre), donc se lit sans difficulté sur l'écran. C'est plus une lettre à l'humanité d'un des siens qui va prendre congé qu'un véritable livre. Son introspection force l'admiration tant elle parvient à être tout à la fois purement poètique et d'une rigueur analytique absolue, et surtout, sans aucune auto-complaisance. Trois ans plus tard, à 31 ans, après avoir arrêté d'écrire, il en finissait en utilisant la technique de l'asphyxie par pot d'échappement en garage fermé. Sur le même site, ici, on peut trouver un article sur Dagerman publié dans Le matricule des anges en 1997.

Stig Dagerman était anarchiste et syndicaliste et ses textes restent d'une présence, d'un visionnaire, d'une lucidité et d'une force proprement transfixiantes. On pourra lire sur le site libertaire de Philippe Coutant un texte appartenant à cette facette-là (ici) et qui redonne, 56 ans après sa rédaction, une inespérée envie de se battre, encore et encore, de ne jamais lâcher le morceau. Pas de pose d'entomologiste, non, un fantassin de la révolte qui fait corps avec ceux qu'il pense victimes de l'univers oppressif et destructeur que le monde moderne inflige à l'être humain. La première phrase de ce texte n'est-elle pas "parler de l'humanité, c'est parler de soi-même" ?

 

.

 

.
.
Mis à jour ( Mercredi, 06 Août 2008 15:50 )  

Poin Flash

LA ZICMUCHE, le "blog lamentable", les girafons... Rejoignez LE FORUM POIN-POIN.

 

MIXTAPES téléchargez (c'est gratuit) the fabulous Mixtape Poin-Poin 1 - Mixtape Poin-Poin 2 - Battle Cidrolin/Rhume - Battle Rhume/Dahu - Battle Rhume Duclock - Battle Waka/Rhume

 

POLAR D'HIVER : le 27e numéro de L'Indic, le "noir magazine", est arrivé. Avec Tom Cooper, Alain Damasio, les Utopiales, les chros, et des tonnes de façon de se faire dessouder dans la neige. Sommaire ici.