poin-poin
Bannière

 
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Home Peinture Lyzane Potvin ne s'expose plus mais elle est dans Artpress 2

Lyzane Potvin ne s'expose plus mais elle est dans Artpress 2

E-mail Imprimer PDF
LyzaneLyzane a a dit aux tenanciers du Kata Bar et du Sexodrome d'aller se faire foutre. Elle a remballé ses toiles et s'est tirée. Ils se foutent en réalité de l'art et ne sont intéressés, les uns que par la quantité de bière qu'ils vont faire ingurgiter à leurs clients, les seconds par la quantité de foutre qu'ils vont faire décharger à leurs clients, autrement dit par le fric le fric le fric le fric le fric. Elle va aller voir à New York si la moisissure ne serait pas moins épaisse que dans cette ville muséifiée par les Delanoë et con(les)sort(e). On va la perdre, et c'est à vomir de honte.
Elle est évoquée dans Artpress 2, numéro spécial mai-juin-juillet 2006 "La scène Française" avec photo de la toile ci-contre en illustration.

Extrait
Interview de Richard Leydier, commissaire de l'exposition La force de l'art au Grand Palais
- Dès lors, quelles seraient, en France, vos pépites chez les plus jeunes ?
- (après avoir évoqué Stéphane Pencréac'h, Ronan Barrot et Béatrice Cussol). Quant à la jeune canadienne Lyzane Potvin, il s'agit d'auto-représentations avec des tableaux gore où l'artiste de met en scène dans des situations plutôt scabreuses ; sa dernière exposition à la galerie Eric Mircher s'intitulait sobrement "Je suis une truie".
Si ce n'est qu'il parle comme un journaliste du Figaro Madame, respect à son bon goût. Et puis quelqu'un qui déclare "il n'y a pas de thématique plus passionnante que l'étude de toutes ces pulsions irrationnelles qui engagent les êtres humains à réaliser des choses folles" a mon affection.

truie1    Je n'ai rien à dire sur Lyzane Potvin, si ce n'est que c'est mon plus grand choc depuis Zoran Music, et que je partage sa fixation sur cet amas de viande qu'on appelle notre corps, au point d'avoir trouvé en elle l'âme-sœur improbable. Bien sûr, certains s'étaient approchés de cette bidoche que les hasards de la naissance nous infligent jusqu'au trépas, mais presque toujours (à l'exception de quelques-uns, tel Egon Schiele) avec cette caution esthétique, ces concepts écrans, cette euphémisation tellement répandue parmi les Artistes, qui plus est quand ils sont mâles et qu'ils se trimballent une usine à production hormonale, et accessoirement pour les plus chanceux, à érection, entre les cuisses.

    Leurs pâmoisons, leur bandaison transcendée m'ont toujours profondément dégoûté. Restait bien sûr Lucian Freud. C'était peu. Et lui aussi en restait à l'épiderme, l'enveloppe, une peinture de cadavres vivants emballés dans leur linceul de peau comme un jambon sous cellophane.

De nombreuses femmes avaient déjà posé des jalons mais la dimension artistique prenait toujours le pas.

Lyzane Potvin vient enfin entièrement badigeonner cet univers confit de convenances simili-provocatrices avec sa peinture alvine, ses règles sans règles, ses épanchements orgasmictionnels, son émonctou-art.

 truie4

Son dégoût est non pas envers cette chair saignante (1) qu'elle explore en la tailladant avec somme toute une tranquille assurance (je la coupe, elle saigne, ça fait mal, regardez, bon, voilà), mais envers ce corps social qui lui, est depuis longtemps exsangue, décomposé, putréfié. Les amateurs d'art sont comme les derniers asticots qui le font remuer encore, ce qui l'a conduit à cette trouvaille récente de la truie encagée, qui, dotée de la parure qui réveille le cochon qui sommeille en tout homme (bas résilles, slips et soutien gorges noirs), lui signifie que lorsqu'il cède à ce désir, c'est bien une truie qu'il saillit.

Ce refus absolu des fourches caudines sous lesquelles l'artiste est soit disant obligé de passer quand il s'agit en fait de l'enfourcher pour le vider comme un poulet, est la seule attitude responsable quand on croit encore que la dignité humaine ne tient pas dans sa bidoche, dont il faudrait conserver l'usufruit et dissimuler à la vue d'autrui, mais dans son âme.   

 

truie2

(1 ) De toute façon le rapport à notre chair, notre sang et notre corps est le seul rapport qu'on ne peut occulter si on décide de vivre. La douleur, qu'elle soit interne ou externe, fait partie du quotidien. Le fait que l'on soit, bêtement, de gros bouts de viandes que l'on essaye de porter du mieux que l'on peut ça m'intéresse et ça me déçoit aussi. Le contraste entre la douleur et le plaisir me fascine car l'un ne va pas sans l'autre. Sinon je n'éprouve pas de répulsion pour mon propre corps.

LPphoto  Site http://lyzanepotvin.com

Conversation avec Lyzane Potvin dans New Wave n°10 et 11 (juin et septembre 2005) http://www.celiableue.com/site.php?type=P&id=2

 

 

 

 

fresque

 

Mis à jour ( Jeudi, 14 Décembre 2006 19:40 )  

Poin Flash

LA ZICMUCHE, le "blog lamentable", les girafons... Rejoignez LE FORUM POIN-POIN.

 

MIXTAPES téléchargez (c'est gratuit) the fabulous Mixtape Poin-Poin 1 - Mixtape Poin-Poin 2 - Battle Cidrolin/Rhume - Battle Rhume/Dahu - Battle Rhume Duclock - Battle Waka/Rhume

 

POLAR D'HIVER : le 27e numéro de L'Indic, le "noir magazine", est arrivé. Avec Tom Cooper, Alain Damasio, les Utopiales, les chros, et des tonnes de façon de se faire dessouder dans la neige. Sommaire ici.