poin-poin
Bannière

 
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

FIREBALL FC - Singles - 2009

Fireball Fc - Singles

Je n'arriverai jamais jusqu'au bout. Ce n'est que le premier titre mais j'ai déjà envie d'éteindre la chaîne : cette rythmique primaire, cette guitare à paillettes, cette voix féminine repiquée à un best-of disco. Bon, ils m'ont envoyé le CD, je vais donc faire un effort. Mais je suis bien bon. Tel était mon état d'esprit à la première écoute de Singles, deuxième album de Fireball FC. C'est que la soupe, voyez-vous, je préfère la manger plutôt que l'écouter, au moins, ça réchauffe. Bordel, me faire écouter de la pop française à moi, le chantre de true-metal sur Poin-Poin, quelle calvaire !

Dix titres plus tard, je me sentais l'âme d'un Bernard Kouchner : ma veste était retournée. Car entre-temps, j'avais goûté aux petites ritournelles aériennes, nostalgiques ou sucrées d'une pop volontairement rétro, parfois à la limite du kitsch, dont on ne sait jamais si elle va verser chez les Beatles ou chez les Firecrackers (RIP... Prions pour qu'ils resuscitent), si les Aphrodite Childs vont pleuvoir des larmes sur Joe Dassin sur la colline, ou si les Bee Gees vont enfin casser la gueule aux Rolling Stones. Pour être plus précis, Saint-Zou, dans la chro du précédent alboum de Fireball FC, You'll Naver Walk Alone, évoquait des influences McCartney, Neil Young, Velvet Undergound, Pink Floyd et David Bowie. Et pour faire complet, le groupe cite aussi Led Zeppelin et les Wings.

Mis à jour ( Dimanche, 20 Décembre 2009 22:24 ) Lire la suite...
 

L'Imaginarium du Docteur Parnassus, de Terry Gilliam

L'imaginarium du docteur Parnassus, de Terry Gilliam

Il paraît que L'Imaginarium du Docteur Parnassus, le nouveau film de Terry Gilliam, n'emballe pas la critique. Au Masque & la plume, sur France Inter, un chroniqueur a trouvé les couleurs "moches, dégueulasses". Et puis, toute cette histoire, c'estt un peu creux. Et bien gentil, n'est-ce pas. Et Terry Gilliam est assurément un type sympathique, mais est-il bien raisonnable ? Surtout que, de notoriété publique, il porte la poisse, entre ses bides financiers, ses tournages qui explosent en vol et ses acteurs qui meurent. Et cette grossière référence à Alice au Pays des merveilles, laissez-moi pouffer. Bla bla bla.

Mis à jour ( Lundi, 07 Décembre 2009 19:55 ) Lire la suite...
 

HATEBREED - The Rise of Brutality - 2003

Hatebreed - The rise of brutality

Le death-hardcore, en un sens, remonte aux origines de l'être humain. Le coup de massue que Néandertal foutait dans la gueule du mammouth laineux, c'est déjà du death-hardcore. Et le coup de massue par lequel Sapiens fracassait le crâne de Néandertal, c'était aussi du death-hardcore. Le style, pendant des siècles, évolua peu : on s'empalait, on se trucidait, on se rôtissait, on violait le bétail, on pillait les enfants et on faisait coudre des ballons de football aux femmes dans des ateliers clandestins. A l'occasion ont chatouillait l'infidèle sous les pieds. La technologie apportait de ci de là une révolution, mais de forme essentiellement : la poudre, le canon, la mitrailleuse, la bombe H… Oui, le death-hardcore était bien vivant mais il lui manquait un supplément d'âme.

C'est alors que Hatebreed a fait saigner mes oreilles avec The Rise of Brutality.

Mis à jour ( Samedi, 21 Novembre 2009 00:26 ) Lire la suite...
 


JPAGE_CURRENT_OF_TOTAL

Poin Flash

LA ZICMUCHE, le "blog lamentable", les girafons... Rejoignez LE FORUM POIN-POIN.

 

MIXTAPES téléchargez (c'est gratuit) the fabulous Mixtape Poin-Poin 1 - Mixtape Poin-Poin 2 - Battle Cidrolin/Rhume - Battle Rhume/Dahu - Battle Rhume Duclock - Battle Waka/Rhume

 

POLAR D'HIVER : le 27e numéro de L'Indic, le "noir magazine", est arrivé. Avec Tom Cooper, Alain Damasio, les Utopiales, les chros, et des tonnes de façon de se faire dessouder dans la neige. Sommaire ici.